Inhibition, symbolisation, sublimation : épistémologie des médiations thérapeutiques

Responsable : Catherine WIEDER

 

Lieu: Paris 16e

 

Un samedi par mois à partir de Octobre 2018 Dates : 27/10 ; 1/12 ; 12/1 ; 16/2 ; 23/3 ; 18/5 ; 29/6

 

Irréductible à une définition simple, la médiation thérapeutique, pratiquée par un clinicien de terrain, psychanalyste, incite à une constellation de mots qui l’éclairent par facettes. Il y a là les gestes d’un « travail psychique » transféro-contre-transférentiel (pour Winnicott, au-delà de l’acceptation de la réalité, l ’ « aire intermédiaire » relie monde interne et monde externe tel qu’il est perçu par deux personnes en commun ». Les phénomènes transitionnels seraient donc des moyens permettant la communication d’expériences subjectives parfois très archaïques) et d’autres qui indiquent les mouvements du corps et de la pensée.

Il y a ceux qui marquent l’étendue d’un champ d’expérience (mémoire, désir), d’objets ou d’affects : c’est ainsi l’expérience humaine qui défile au gré de la sublimation et déborde parfois de l’espace intermédiaire.

La question de la fonction, puis de l’enjeu et de la valeur de la médiation demeure. Si la guérison, pour certains, viendrait « de surcroit », non plus que la projection d’un monde nouveau, il incombe à la médiation psychothérapeutique de toujours cadastrer le séjour humain : l’arpenter, en mesurer l’étendue et en tracer le périmètre, en dénombrer attentivement les composantes et en placer les bornes à leur juste place. Attentivement penchée sur le sujet et la technique, la médiation prend soin de la forme et de l’état de la restauration du plaisir de pensée (dans cette perspective, trois types d’actes symboliques apparaissent primordiaux : ceux qui concernent la substitution, ceux qui touchent à la séparation et enfin ceux qui ont à voir avec la sublimation proprement dite).

Nous présenterons des pratiques de médiations thérapeutiques. Chaque exposé étant étayé par une lecture psychanalytique de cas cliniques susceptibles d’expliciter le propos.

 

BIBLIOGRAPHIE :

Anzieu D. & al. (1974). Psychanalyse du génie créateur. Paris : Dunod.

Brun A. (2011). Les médiations thérapeutiques. Paris : Erès

Brun A. (2018). Aux origines du processus créateur, Paris, Erès

Chouvier B., & al. (2002). Les processus psychiques de la médiation. Paris : Dunod. 

Freud S. (1929). Le malaise dans la culture. Paris : Quadrige/PUF, 1998.

Kaës R., & al. (1979). Crise, rupture et dépassement. Paris : Dunod, 1997. 

Mijolla-Mellor S., (2005) La sublimation, Paris : PUF –  (2015) Le plaisir de pensée, Paris, PUF

Roussillon R., (2013) Paradoxes et situations limites de la psychanalyse, Paris : PUF.

Vacheret C., & al. (2002). Pratiquer les médiations en groupes thérapeutiques. Paris : Dunod.

Winnicott D.W. (1971). Jeu et réalité. Paris : Gallimard

A2IP - Association Internationale Interactions de la Psychanalyse
32 bis boulevard de Picpus

75012 PARIS

Téléphone  :

00 33 1 73 75 47 92

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© A2IP - Association Internationale Interactions de la Psychanalyse