La potentialité psychotique  

Responsables : Sophie de Mijolla-Mellor et Angélique Christaki

 

 

Lieu : 8 rue du Cdt Mouchotte, 75014 Paris (Bat A, app 712)

 

Dates :  Dimanche 17h/19h ( 17 Février 2019, 24 Mars 2019, 14 Avril 2019, 19 Mai 2019, 23 Juin 2019)

 

 

Pour s’inscrire, écrire à S de Mijolla-Mellor s.mijollamellor@gmail.com

 

 

 

Argument

 

Comment devient-on psychotique? Ou comment naît-on psychotique ? On touche ici la question de la prédictibilité en matière de psychopathologie qui peut être entendue à deux niveaux. Tout d'abord, au sens temporel de la relation entre un passé et un présent, débouchant du même coup sur le questionnement entre un présent et un futur, le prédictible.

Mais aussi au sens de l'opposition aristotélicienne entre la puissance et l'acte sachant qu’une potentialité peut aussi ne jamais s’actualiser.

L’hypothèse d’une potentialité psychotique n'est cependant pas le résultat d'un diagnostic posé en fonction de critères repérables. C'est un sentiment contre-transférentiel, la limite où la sollicitation empathique est ressentie comme étrange, voire dangereuse.

On travaillera cette question en alternant une reflexion sur les textes et des presentations cliniques.

 

Bibliographie:

 

Aulagnier, P.,” La violence de l'interprétation”, (Paris, PUF, 1975)

                        “L’apprenti-historien et le maître-sorcier” (Paris, PUF, 1984)

“Un interprète en quête de sens” (Paris, Ramsay, 1986)

Mijolla-Mellor, S. de, “Penser la psychose”, Paris, Dunod, 1998

Christaki, A., “Cliniques d’étrangeté”, Paris, Hermann, 2018

 

A2IP - Association Internationale Interactions de la Psychanalyse

8 rue du Cdt Mouchotte, 

75014 PARIS

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© A2IP - Association Internationale Interactions de la Psychanalyse