Les colloques de Topique 2020-2021

 

 

 

3 Octobre 2021: « Du blasphème à  la pensée critique »

 

On s’efforcera de la définir, de retracer son origine et son existence dans les domaines où la croyance n’a pu laisser place au processus de connaissance et au dialogue.

Existe-t-il toujours une intentionnalité transgressive pour celui qui l’énonce ou le commet ? Quelle est alors la visée de cette transgression et pourquoi le blasphème se substitue-t-il à la critique argumentée privilégiant l’appel à l’ironie et à l’effet comique ?

Quelles sont alors les conditions requises pour que le récipiendaire du supposé blasphème le dénonce comme tel ? Le non-respect d’une règle dont on ne reconnait pas la légitimité peut-elle constituer à elle seule un blasphème ? Doit-on prendre en considération le fait subjectif de se sentir bafoué dans ses valeurs comme une situation apte à définir le blasphème ?

Plus généralement quelles sont les visées tant du blasphémateur que de celui qui le reçoit comme tel et s’en clame la victime ? Que répondre au dialogue de sourds où l’un oppose sa liberté d’expression et l’autre le respect de ses valeurs ? A quelle volonté de domination et à quelles craintes cette situation répond-elle de part et d’autre et comment peut-elle faire exploser une violence sous-jacente ?

 

Blasphemy

 

We aim to define it, to trace its origin and existence in areas where belief has not been able to give way to the process of knowledge and to a subsequent dialogue.

Is there always a transgressive intentionality for the one who states or commits a blasphemy? What is the aim of this transgression and why does blasphemy replace the argumentative criticism favoring irony and comic effect?

What are the conditions for the recipient of the supposed blasphemy to denounce him as such? Can the failure to respect a rule whose legitimacy is not recognized constitute blasphemy on its own? Should we consider the subjective fact of feeling violated in one's values as a situation capable of defining blasphemy?

More generally, what are the aims of both the blasphemer and the one who receives him as such and claims to be its victim? What can be said about this deaf talk where one opposes his freedom of expression and the other the respect due to his values? To what will of power and to what fears does this situation respond on both sides and how can it provoke the explosion of an underlying violence ?

 

 7 Novembre 2021: « La laideur et ses affects »

 

La laideur, comme la beauté, sont des phénomènes exceptionnels qui se détachent d’un ensemble où ce qui prédomine est la banalité. La beauté saisit et ravit tandis que la laideur surprend voire fascine, elle n’est jamais loin de la monstruosité. Mais ne peut-elle aussi constituer un mécanisme de défense contre le risque de trop séduire ? Et la laideur n’est-elle pas toujours une castration du beau générant l’angoisse de la perte de  l'intégrité et la détérioration du corps humain dans diverses psychopathologies et maladies ? Ceux qui se sentent laids et le fait que l’autre nous considère comme laid, nous font néanmoins comprendre que la laideur comme la beauté doivent être perçues d'un point de vue intersubjectif.

On envisagera ces questions à partir de situation cliniques mais aussi du point de vue de l’esthétique et de l’histoire de l’art.

 

Ugliness and its affects

 

Ugliness, as beauty, are exceptional phenomena which stand out of a whole where what prevails is the banality. The beauty seizes and delights while the ugliness surprises and even fascinates, it is never far from the monstrosity. But can it not also constitute a protection against the risk of seducing too much? And isn't ugliness always a castration generating the anguish of loss of integrity and of the deterioration of the human body in various psychopathologies and diseases? Those who feel ugly and the fact that the other considers us as such, make us nevertheless understand that ugliness as beauty must be perceived from an intersubjective point of view.

We will consider these questions from clinical situations but also from the point of view of aesthetics and art history.

 

5 Décembre 2021: « Le récit dystopique entre quête de sens et besoin de croire »

 

Le sentiment d’illimité lié aux révolutions technologiques, la perte des garants traditionnels de l’autorité sollicitent aujourd’hui la création imaginaire d’objets phobiques d’une manière différente que pouvaient le faire autrefois les contes et les mythes. Le plus invraisemblable devient réalité au point que l’on ne sait plus lequel a inspiré l’autre. L’union entre les désirs cruels et la capacité technique de les réaliser donne lieu à une union explosive. Mais la dystopie est encore une anticipation ou si ne procède t’elle pas d’une observation poussée dans ses conséquences logiques ? 

 

The dystopian narrative between a quest for meaning and a need to believe 

 

 

 

The feeling of unlimitedness linked to the technological revolutions and the loss of the traditional guarantors of authority solicit today the imaginary creation of phobic objects in a different way than tales and myths could do in the past.  The most improbable becomes reality to the point that we no longer know which one inspired the other. The union between cruel desires and the technical capacity to realize them gives rise to an explosive union. But is the dystopia still an anticipation or does it not proceed from a thorough observation in its logical consequences? 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© A2IP - Association Internationale Interactions de la Psychanalyse