Le malaise dans la civilisation aujourd'hui

( Ce séminaire prend la suite du séminaire « Age et identité » )

 

Responsable: Sophie de Mijolla-Mellor

 

Lieu: Une fois par mois, en visioconférence pour le moment. Si souhaité,  on pourra se réunir au siège de l’A2IP, 8 rue du Cdt René Mouchotte, 75014 Paris. ( métro Montparnasse, Edgar Quinet ou Gaité).

 

Dates:  Le séminaire débutera en Septembre 2022,  une fois par mois le dernier dimanche du mois entre 17h et 19h, soit en évitant les dates fériées :

25 Septembre, 30 Octobre, 27 Novembre, 18 Décembre, 29 Janvier, 26 Février, 16 Avril, 28 Mai, 25 Juin, 24 Septembre, 29 Octobre, 26 Novembre.

 

Chaque séance débutera par un exposé qui aura été préalablement adressé aux participants et se poursuivra par un débat.

Selon le principe des « interactions de la psychanalyse », ce séminaire est ouvert à tous les champs disciplinaires ayant compétence pour le thème.

 

Argument :

Le projet est de reprendre le thème du texte de Freud « Das Unbehagen in der Kultur » ( 1929) non pas pour en faire une fois de plus l’exégèse de son contenu mais pour  s’interroger sur la pertinence aujourd’hui de la place qu’il donne au sentiment de culpabilité dans le développement et le maintien de la civilisation qui impliquerait, selon lui, un renoncement au moins partiel au bonheur.

La crise sanitaire et ses mantras (« Prenez soin de vous », « Profitez bien ») semble avoir encore accentué à l’inverse une idéologie déjà solidement ancrée dans des principes benthamiens basés sur l’utilité c’est-à-dire le calcul qui permet d’écarter la souffrance et d’accroître le plaisir.

Parallèlement les partisans de la décroissance nous alertent sur les risques devenus réalité de l’autodestruction de la planète par la surconsommation de l’énergie non renouvelable entrainant la catastrophe climatique jointe à celle de la surpopulation et aux migrations liées à la famine.

La question porterait donc sur le « malaise » d’aujourd’hui et surtout sur la pertinence de la place à donner ou non à la culpabilité comme vecteur civilisationnel ainsi que sur la définition du bonheur telle qu’elle pourrait être donnée près d’un siècle après l’écriture de ce texte de Freud dont il disait à Lou Andreas Salomé qu’il lui avait fait « redécouvrir les vérités les plus banales ».

Organisation du séminaire :

Les participants du séminaire sont invités à proposer leur contribution selon leur propre champ de recherche.

On trouvera cependant ci-dessous quelques suggestions à titre d’exemples :

  • Les redéfinitions du genre chez les adolescents
  • La contestation de la place de la pornographie dans l’espace sociétal
  • Le désarroi autour de la prise en charge des personnes âgées ou malades dans et hors l’espace familial
  • L’antagonisme entre le refus de la décroissance et la menace climatique
  • Les nouvelles formes de revendication autour de l’identité nationale
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© A2IP - Association Internationale Interactions de la Psychanalyse